Faire des yaourts n’est pas réservé aux possesseures de vagins.

Ce soir, j’ai acheté une yaourtière. Pas pour moi ni pour ma mère, mais pour ma greuse.

Je suis allé la chercher dans un magasin dont les voitures présentent régulièrement la météo[1], pour cause de proximité avec mon tripalium personnel.

Je décerne une mention spéciale connerie au vendeur qui m’a gratifié de sa connivence testostéronée de mes deux:

– Bonjour, je voudrais la yaourtière de la marque mouchimachin.
– Vous vous y connaissez en yaourtière?
– Non [Un temps d’arrêt, que je n’ai pas le temps de laisser flotter] …
– Ah ben j’espère pour vous!

J’aurais dû lui dire que c’était pour mon copain, histoire de voir si, en plus de la misogynie, il allait pouvoir enchaîner sur l’homophobie.

Notes

[1] Pour rappel, je ne me drogue pas, donc ne cherchez pas d’éventuelles hallucinations de ce côté là.

Une réflexion sur « Faire des yaourts n’est pas réservé aux possesseures de vagins. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *