Les yeux couleur Mantes à l’eau

Je suis passé une fois à Mantes la Jolie. C’était pour l’enterrement d’un collègue, un truc fulgurant qui l’avait emporté en une semaine.

J’y étais allé avec mon compère Pascal par le train qui part de Saint Lazare. Arrivés à la gare de Mantes, on a dû prendre le bus pour rejoindre l’église où avait lieu l’enterrement, dans la vieille ville de Mantes. La gare ressemblait à toutes les gares de banlieue, grise, sale et impersonnelle. 

Le trajet en bus a dû prendre 15 minutes qui m’en ont paru le triple. Nous sommes passés par une des fameuses cités de Mantes. 

Pas d’arbre. Pas de parc. Rien que des places de parking avec, posés au milieu, des bloc d’habitation. Pas de commerces à part une pharmacie. Pas de bâtiment public à part un commissariat.

Puis nous sommes descendus à notre arrêt près d’un joli petit lac, dans une zone pavillonnaire typique d’un vieux village annexé par la ville lors de sa croissance. De la verdure et du calme, les petits commerces qu’on s’attend à trouver dans un petit centre-ville,y compris le bistrot pour boire un coup après l’enterrement.

Avec un tel contraste, pas étonnant qu’on ait la haine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *