Comment prendre congé avec panache

Après 14 années dans ma taule, on a décidé de se séparer d'un commun accord l'année dernière.

Forcément, en 14 ans, on a vécu pas mal de choses sur lesquelles il n'est pas forcémment facile de tirer un trait1. Heureusement, pour aider, on a inventé le pot de départ. Morceaux choisis.

  • Mention spéciale à mes collègues adorées T. et A. 2 qui ont organisé le pot de départ de la firme, avec traiteur libanais et alcools sympas. T., si jamais tu veux monter ton food truck africain, je suis de la partie.
  • Chapeau bas pour avoir réussi à oublier d'inviter le directeur financier, qui quelque part est un peu à l'origine de ce départ. Saloperie de messagerie qui ne transmet pas les mails. Ah ah ah.
  • Franchement, la cocotte en granit, c'est topissime pour cuisiner. Vous avez assuré, mes chers ex-collègues.
  • Vous n'avez pas pu venir? Je ne vous en veux pas. Pas trop. Quasiment pas. Si on me le demande, je nierai en bloc. J'espère que vous avez profité des restes du buffet le lendemain, et qu'avec un peu de chance vous avez été malade.
  • Margotte, Steph, c'était bien sympa ces petites bières avec tous ces barbus et ces hipsters.
  • Quand je vois ce qui s'est passé depuis mon départ… J’apprécie d'être parti en Bretagne. Vraiment. Et non, il ne pleut pas si souvent que ça.
  • Alex, mon pote, ce pot de départ anticipé au pub était bien underground et discret. On devrait peut être travailler sur le concept et fonder une espèce de société un peu secrète.

Bon, et maintenant? Pour l'instant, rien de bien spécial. Je bosse sur un projet perso avec mon vieux pote Alex, histoire de pas perdre la main sur le code. Je vais probablement ouvrir une petite structure 3 pour tenter de vendre mes conseils aux entreprises du coin 4, acheter une maison avec beaucoup de place pour installer enfin mon atelier de menuiserie et d'éventuels enfants5, éventuellement apprendre à naviguer…6 Et comme maintenant il y a prescription, peut être que je raconterai quelques histoires d'ancien combattant de ma vie d'avant.

  1. D’où le léger décalage avant de poster, pour digérer un peu. Et changer de vie. Et passer mon permis de conduire.
  2. Qui se reconnaîtront.
  3. Comme ça je pourrai m'exploiter moi même.
  4. Le premier conseil étant de continuer à m'en demander, des conseils.
  5. Pas dans l'atelier, on leur trouvera une place dans la remise au fond du jardin. Faudrait pas non plus qu'ils abiment les outils, hein.
  6. Et, bien entendu, comme chaque nuit, tenter de conquérir le monde. Ca va sans dire.