Hibernatus, le retour

Ce matin, j'ai failli m'étouffer avec ma tartine de pâte à tartiner à base d'huile et de noisettes.

Une chroniqueuse sur une chaîne cryptée, à la pointe du buzz 

Second Life est une plate-forme à laquelle de plus en plus de sociétés s'intéressent. IBM y a même fait une réunion virtuelle!

C'est vraiment la pointe de l'innovation, là.

Ca c’est vraiment pédé, ou est ce que rapporter un propos injurieux c’est injurier aussi?

Si vous ne voyez pas de quoi je parle, allez donc chercher la première partie du titre du billet sur un moteur de recherche quelconque, et revenez ici ensuite.

Ce midi, discussion sur les aléas de la vie de bureau, avec un long passage sur une réaction négative à la phrase  « ça c'est vraiment pédé », issue de la chanson du même nom, pour cause de propos injurieux 1.

Réaction entendue entre gens de bonne compagnie : faut vraiment pas avoir d'humour pour y voir du mal, hein, on en rigole, d'ailleurs on a tous un bon pote pédé. Moi, un peu mal à l'aise et muet (pour une fois), d'abord parce que entre nous la chanson est à chier, et ensuite parce que quand je lai vu la première fois, je l'ai quand même trouvée moyennement drôle, voire pas du tout.

Donc, ce soir, re-visionnage et re-audition.

La musique est toujours aussi pourrite. Effectivement, les dernières images ("Ceci est un message du ministère de l'homophobie") pourraient servir de caution en nous prouvant qu'il s'agit d'un message à prendre au second degré (ah ben oui, hein, l'homophobie c'est pas bien, nous on n'aime pas ça).

N'empêche que tout au long de la chanson, on associe le terme pédé à une succession d'images dévalorisantes, et de comportements jugés ridicules.

L'équation pédé = dont on peut se moquer, on dira ce qu'on veut, je suis pas certain que ça soit le signe d'un rejet de l'homophobie. De fait, si intention de second degré il y a, dans la bouche de mes compagnons 2, j'ai bien peur qu'elle se perde en route.

Qu'en penser?

A propos de l'utilisation du terme pédé : L'un des moyens de subvertir un terme injurieux est de le reprendre à son compte, quand cela est effectué par un membre de la population ainsi stigmatisée 3.

Venant d'un membre de la population non-stigmatisé, je ne sais pas dans quelle mesure on peut dire de la réutilisation du terme visé qu'il ne s'agit pas de la propagation continue, en la niant 4, de la discrimination même qu'elle est sensée annuler dans sa mise en scène même.

Mise en scène, car après tout, à part la contextualité de la performance, qu'est ce qui peut bien permettre de déterminer l'intention du propos, si le contenu de la proposition prononcée est finalement le même qu'il s'agisse ouvertement d'une insulte ou bien au contrairement d'une revendication?

Quant à ce manque d'humour dénoncé par la bonne société qui me fit l'honneur de partager mon repas, après tout, c'est comme de reprocher à un étranger de ne pas rire des blagues sur les étrangers, n'est ce pas.

Après tout, ces gens manquent bien d'humour, si ils ne rient pas à la 50ème blague (pas drôle) de la journée qui leur fait remarquer qu'on est bien gentil de les accueillir parce que quand même, ils ne sont pas comme nous.

Et puis, surtout, l'homophobie, aujourd'hui encore, ça tue. Et la transphobie aussi. Et le racisme aussi. Et le sexisme aussi. Alors, pour rire, je préfère encore une chanson qui rira de nos pets, ou alors me repasser la petite charlotte d'Henri Dès. C'est peut être moins fin, et ça fera pas rire les gentils bobos de mon milieux professionnel 5, mais au moins, personne n'en meurt.

  1. Je passe les détails, on s'en fout.
  2. D'un naturel réactionnaire fleurant bon la vieille france, hein, d'ailleurs, c'est bien que nos soldats combattent à l'étranger, c'est pour défendre notre manière de vivre – je déconne pas, je l'ai vraiment entendu – et de toute façon, le front national jeune et les jeunes communistes, c'est pareil ,et pis les soviétiques c'est 9 millions de morts ma bonne dame! – en fait,je pense que si on compte la grande guerre patriotique comme disent nos amis russes, les purges, les déportations, les complots et ainsi de suite, 9 millions, c'est bien en dessous de la vérité. Y-a-t-il quelqu'un qui aurait un chiffre à m'annoncer?